Attention Passion

 

 Il y a entre ce « nous », rencontre originale,
Début d’histoire de film ou plutôt un roman,
Que j’imagine long, tant il n’est pas banal,
Et que j’aime à vivre, tant il est stimulant. 
Je me sens inspirée, par notre amour spécial, 
Je me sens attachée, comme mère à son enfant,
Avec pour différence, notre côté bestial,
Oh comme j’aime ce nous, oh comme il est gourmand !

 Il y a entre nous deux, quelque chose de charnel,
Le mélange de nos goûts, parfum de nos odeurs,
Se marient parfaitement, s’en est presque irréel,
Le temps n’existe plus, cela nous laisse rêveur. 
Oh comme j’aime ce nous, il est caractériel,
Il m’attendrit aussi et fait battre mon cœur,
Au rencontre de hasard je remercie le Ciel,
Notre union destinée qui appelle au bonheur.

Il y a entre ce « nous » de parfaites proportions, 
Autant dans nos deux corps, qu’au fond de nos esprits, 
On se donne des ailes par de l’inspiration, 
Et le miroir de l’un fait avancer autrui,
Je nous sens comme portés, vers une belle mission, 
Répandre de l’amour dans les rues de la vie,
Oh comme j’aime ce nous, Oh fruit de la passion,
Un mot nous résume bien, il s’appel : Alchimie.

Il y a entre nous deux, quelque chose de magique
Ce mélange de douceur, ce désir de caresses, 
Mais aussi tout autant, une attraction physique, 
Qui fait de toi mon tigre me transformant tigresse. 
Nous sommes tout deux comme, une explosion chimique,
Qui assemble la force avec de la tendresse, 
Oh comme j’aime ce nous, tant il est atypique,
Je te prénomme mon Dieu, je serai ta Déesse.

 

Pervers Narcissique

 Je suis tombée dans les filets,
D’un grand pervers narcissique.
L’homme que j’ai tellement aimé,
N’est autre qu’une chose maléfique.
Pendant un an il aura joué,
Au prince charmant idyllique.
Tout ce que je croyais bonté,
N’était qu’atrocement stratégique.

Il alterne toujours chaud et froid,
En société se montre glorieux.
Il m’aura isolée en proie,
Maitrise parfaite du double jeu.
De la plus grande mauvaise foi,
Aussi frustré que dangereux.
Se croit au dessus de toutes lois,
Se pense l’élu venant des cieux.

Il joue la carte humanité,
Pourtant dénué d’empathie.
Pour personne il n’a de respect,
Que d’arrogance et de mépris.
Dans l’unique but d’être adulé,
Il joue une parfaite comédie.
Utilise l’autre pour mieux briller,
Vampirise l’énergie d’autrui.

Il fantasme sur le grand succès,
Que mérite son unique splendeur.
Il fera tout pour vous duper,
Jouant au gourou séducteur.
C’est un tyran en société,
En vie privée un destructeur.
Ne l’écoutez pas vous flatter,
Il est faux et noir est son cœur,

Ne se remet pas en question,
Vous serez toujours l’accusé.
Il ne demande jamais pardon,
Il se sent fort quand vous pleurez.
Il n’a aucune vraie émotion,
Il est heureux quand vous souffrez.
Il est le pire des poisons,
Pour comprendre, faut l’avoir aimé.

Un misogyne mégalomane,
Il use du charme et de sourires.
Aux yeux des autres, confiant et calme,
Il contrôle tout, vous fera rire.
Le plus fort des mythomanes.
Ce sous-homme est un diable à fuir.
Faites attention à vous les femmes,
J’ai presque failli en mourir.

 

Le Pardon est Vital

 

Comment ai -je pu aimer une personne comme toi ?

Qui prenait plaisir à me faire douter de moi.

Comment ai-je pu te croire dans tes mots tant de fois ?

Comment n’ai-je pu n’pas voir que tes actes collaient pas ?

Comment ai-je pu douter de mon fort ressenti,

Qui me disait souvent , allez, au plus vite fuis !

Comment ai-je pu aimer un être si peu sincère ?

Comment ai-je pu penser que tu puisses être un frère.

Comment ai-je pu rester , avec un être méchant,

Qui me disait toujours , que mes rêves sont trop grands !

Pourquoi ai-je excusé, toutes ses castrations,

J’étais toujours seule à me remettre en question.

Comment ai-je pu encore et encore pardonner ?

Après tant de sales coups, indignes de respect .

Comment ai-je pu penser que t’étais mon âme sœur ?

Toi le traitre joueur , et le fieffé menteur.

Comment ai-je pu aimer un homme si petit ?

Qui se prend pour un dieu et méprise tant autrui.

Comment ai-je pu penser que t’étais un surhomme ,

Pour t’avoir vu agir en pensant qu’à ta pomme.

Et en plus t’es heureux, ça te rend misérable,

D’avoir agi ainsi , sans peine pour tout ce le mal .

Et en plus t’es heureux, proche du malade mental,

Pas une excuse profonde , rien de plus anormal.

J’ai tellement de douleur par ton indifférence,

Quand t’arnaques les cœurs et jouis de leurs souffrances.

Tu m’auras fait monter jusqu’au dixième étage,

Pour ensuite me faire descendre jusqu’au tombeau,

Tu n’auras dévoilé, que ton plus beau visage,

Je t’aurai prévenu, de mes certains défauts.

Avant toi j’étais libre, aujourd’hui bête en cage,

Rien de plus douloureux, quand on est un oiseau.

Je n’ai plus de regret, j’aurai pu en crever,

Et le pire c’est que ça t’aurait fait jubiler.

Pépino

 

Avec sa tête d’œuf, crâne rasé,
Il s’en allait souvent jouer,
Sur les champs d’courses ici et là,
Papa.
Y avait quelques dimanches aussi,
Où il nous amenait avec lui,
Tellement heureuses d’être avec toi,
Papa.
L’été on partait en vacances,
On avait quand même de la chance,
Même si souvent y avait des cris,
Bas oui, tant pis.
Avec sa tête d’œuf, crâne rasé,
Ses yeux perçants, son petit nez,
Il avait l’air d’un malicieux,
Mon vieux.
C’était un très bon orateur,
Même si sa grosse voix faisait peur,
Un marginal à l’air mafieux,
Mon vieux.
Avec sa tête d’œuf, crâne rasé,
Ses musiques rock et son tarpé,
Un solitaire assez curieux,
Spécial , mon vieux.
Il aimait bien tout les dictons,
Assez rebelle, anti mouton,
Un grand joueur , très sur de soi,
Papa.
Chez nous y avait de l’émotion,
Des cris, des pleurs , de la passion,
La scène de théâtre de la vie,
Des rires , aussi…
Dire qu’on a passé des années,
Sans se comprendre, à s’affronter.
C’est quand le jour où ça va mieux ?
Nous deux…
Pardonnons nous tout ce passé,
Actes violents , mots déplacés,
Acceptons le miroir de soi,
Papa.
C’est quand le jour où l’on s’entend ?
Ne gâchons plus un seul moment,
Pour ne pas avoir de regrets,
Et vivre , en paix.
Pardonnons nous tout ce passé,
D’avoir pas su communiquer,
J’ai tant envie qu’on soit heureux,
Enfin , mon vieux.
C’est quand le jour où l’on s’entend ?
Ne perdons plus un seul instant,
Et aimons nous, c’est plus sympa !
Papa.

 

J’aime – I Love

 

J’aime la couleur bleue du ciel,
J’aime sourire, et moins pleurer,
J’aime la couleur jaune du soleil,
Baissez vos armes, j’aime la paix.

J’aime voir quand le soleil se couche,
J’aime vivre le moment présent,
J’aime être mouillée sous la douche,
J’aime à vivre hors du jugement.

J’aime la couleur verte de la jungle,
J’aime les oiseaux libres dans les airs,
J’aime les personnes qui sont humbles,
J’aime les personnes pleines de lumière.

J’aime le vent, les arbres robustes,
J’aime l’immensité de la mer,
J’aime les choses qui sont justes,
J’aime la magie et le mystère.

J’aime cuisiner, j’aime les bonbons,
J’aime l’odeur de toutes les fleurs,
J’aime la mélodie du violon,
J’aime la musique, elle chauffe le coeur.

J’aime la liberté, la justice,
J’aime la beauté, la vérité,
J’aime les bons baisers, quel délice,
J’aime l’art, la créativité.

J’aime l’eau des cascades si pures,
J’aime escalader la montagne,
J’aime vraiment tout dans la nature,
J’aime quand c’est le gentil qui gagne.

J’aime quand on me fait des massages,
J’aime faire des blagues, j’aime rigoler,
J’aime me sentir dans les nuages,
J’aime la spiritualité.

J’aime les petites morsures d’oreilles,
J’aime la douceur d’une peau,
J’aime le miel et les abeilles,
J’aime les ballades en bateau.

J’aime dormir, j’aime rêver,
J’aime le calme, j’aime respirer,
J’aime inventer, imaginer,
J’aime l’espoir du progrès.

J’aime autant perdre que gagner,
J’aime les leçons à en tirer,
J’aime l’expérience, la nouveauté,
J’aime grandir et pardonner.

J’aime casser les lois et les codes,
J’aime vivre dans mon petit monde,
J’aime créer une nouvelle mode,
J’aime ressentir les bonnes ondes.

J’aime voyager un peu partout,
J’aime rencontrer la différence,
J’aime parler, j’aime écouter,
J’aime ressentir la bienveillance.

J’aime vivre sans être stressée,
J’aime bien manger du chocolat,
J’aime te peindre le portrait,
J’aime la tendresse quelque fois.

J’aime danser, cela m’anime,
J’aime jouer, j’aime chanter,
J’aime ma vie comme dans un film,
J’aime la vie en épopée.

J’aime ton regard dans le mien,
J’aime être seule assez souvent,
J’aime les soirs où l’on boit du vin,
J‘aime à aimer, ça fait longtemps !

J’aime la lune et les étoiles,
J’aime la terre, la galaxie,
J’aime rêver ma vie sur la toile,
J’aime la vie en fantaisie.

 

MA-LIGNE COCAINE

De seize à vingt-trois ans , tu t’offrais en alliée,
Toi qui me dotais d’une telle confiance en moi,
Tes effets stimulants me pressaient à parler,
Sans ressentir de doutes, j’assurai les débats.
Tes effets hilarants auront su m’exciter,
Jusque sur l’autoroute, sans permis , hors la loi,
Je n’étais qu’une enfant , perdue, illusionnée,
En totale déroute , j’avais besoin de toi.

Sans quoi je n’étais rien qu’une brebis égarée,
Si loin de mon troupeau, la famille que j’ai fuie,
Recherchant le chemin où l’on pourrait m’aimer,
Fantasmant d’idéaux, rêvant de vrais amis.
Pour voiler mon chagrin, je t’aurai consommée,
A gonfler mon ego, à m’inventer des vies.
Tu étais mon câlin, destructeur bien-aimé,
Empoisonné cadeau, béquille d’utopie.

Je me sentais puissante, une fois dans tes bras,
Eprise d’un tel pouvoir, d’une laide arrogance,
Petit conne insolente, mon cœur n’était plus là,
Je trompai le miroir, pour garder l’assurance.
Mais quand vinrent les descentes, me ramenant si bas,
Je compris le déboire, de ma triste existence,
Par des nuits angoissantes, d’idées noires en tracas,
D’insomnies chaque soir qui frôlaient la démence.

Je ne pouvais dormir qu’en gobant une pilule,
Mon pauvre petit corps était si mal traité,
A force de les détruire, mes précieuses cellules,
Je souffrais de remords, face à cette vérité.
A force de me nuire, j’ai du prendre du recul,
La drogue me faisait tord, je me suis fait pitié.
C’était l’heure de guérir, de ce rite ridicule,
Nul besoin d’effort autre que de me respecter.

Sans regrets j’ai quitté, le monde des paillettes,
Où la foule se cause mais personne ne s’entend.
Pour mon âme et santé, je n’ai plus joué cette fête,
J’ai cherché une cause, pour satisfaire mon temps.
J’ai appris à m’aimer, en me trouvant une quête,
J’ai appris à m’aimer, ça à pris plus de temps,
Que l’imposture d’un trait, qui te fait perdre la tête,
Et te prête une confiance qui n’est autre que du vent.

 

La cigarette

 

Tout allait bien, avant qu’un jour,
Avec les copains, dans la cour,
On ne s’enfume comme le malin,
La cigarette, pour faire bien.

On se réunit autour d’elle,
On se croit beau, on fait du zèle,
C’est pas d’notre faute d’être tombé,
Dans un des pièges d’la société.

On se croyait plus fort que tout,
Risquer la mort, ça on s’en fout,
Comme des insolents, nous on ose,
Faut bien mourir de quelque chose.

On avait pas besoin de ça,
Maint’nant on pense qu’on a pas l’choix,
Prisonniers nous sommes dépendants,
Comme des drogués et on se ment.

Petits cerveaux emprisonnés,
Par des croyances erronées,
Il n’existe pas d’addiction,
Encore une manipulation.

Notre esprit est conditionné,
Par la peur d’être abandonné,
De ce qu’on croit être un plaisir,
D’une illusion qui fait mourir.

On rêve pourtant de liberté,
Faudrait apprendre à mieux penser,
Goûter la vérité en face,
La cigarette c‘est dégueulasse !

Comment peut on trouver ça bon ?
Soyons honnêtes et observons,
Ridicule geste, ensuite le goût,
Une prison qui prend tes sous.

C’est fou d’si peu aimer la vie,
Quand on y pense, juste par ennui,
Prêts à mourir n’importe quand,
Pourvu qu’on fume, on est content.

Avant d‘avoir fumé un jour,
T‘étais heureux toi dans la cour,
Tu t’amusais, t’avais confiance,
Maint’nant tu stresses sans ta substance.

Avant d’avoir fumé un jour,
J’étais heureux moi dans la cour,
Alors aujourd’hui sans effort,
Je f’rai plus d’mal à mon p’tit corps !

 

 

La peur et les médicaments

On réalise seulement maintenant,

Que depuis de nombreuses années,

Dans un seul but, faire de l’argent,

On s’est bien fait manipuler.

Par ceux que j’appelle des marchands,

Nous nous sommes tous fait escroquer.

On a confiance en son médecin,

On croit en lui plus qu’en nous,

De ses beaux discours il convainc,

Par son statut, par son bagout.

On les prend pour des magiciens,

Mais ce sont souvent des voyous.

 Ils ont d’abord créé la peur,

Qui provoquent tant de maladies,

Ce sont les meilleurs des vendeurs,

Ils ont dupé bien des esprits,

Messieurs mesdames les docteurs,

Un mot vous va : la fourberie.

 Ils nous ont vendu des traitements,

Car apeurés nous sommes crédules,

Jusqu’à nous rendre dépendants,

De toutes leurs chimiques gélules,

Nous sommes de pauvres innocents,

On l’a bien gobé la pilule.

 Depuis notre premier vaccin,

On nous a tous empoisonnés,

La médecine c’est le malin,

Dans le corps d’un saint déguisé,

Cette tragédie doit prendre fin,

Sachez qu’la peur c’est le danger !

C’est bien le premier des métiers,

Qui se doit d’être honorifique,

Ils sont trop rares les passionnés,

Dans ce domaine c’est dramatique !

Je n’oserai plus les consulter,

Que s’il s’agit de mécanique.

 

       Ce message s’adresse à l’Organisation Mondiale de la Santé, et Big Pharma.  ( A tous les « docteurs » véreux ) 

L’homme moderne

Quand je vois l’homme sur instagram,
Il perd toute sa virilité,
Il semble pas plus futé qu’un âne,
Et ne m’inspire nul intérêt.
Quand je vois qu’il le pavane,
Son piètre ego, toute la journée,
Il paraît vide son pauvre crâne,
Je n’éprouve que de la pitié.
Recherchant toujours plus de fans,
Désirant tellement être aimé,
Loin de l’assurance qu’il proclame,
Il s’avère faible en vérité.
Loin de la force, c’est un drame,
Il ressemble à un chien castré.
S’il ne lui restait pas l’organe,
Il n’aurait plus d’utilité.
C’est avec peine que je le proclame,
Le fond sincère de ma pensée,
C’est sans une gène que je le blâme,
D’être devenu émasculé.
Avec pour souhait, que sonne l’alarme,
Pour qu’il agisse face au danger.
Je sais pas vous, mes belles dames,
Mais moi ça peut pas m’exciter.
Mon homme n’aura pas instagram,
Ca j’en mets ma main à couper.
Je préfère mille fois une femme,
Plutôt qu’un homme si diminué.

Douce En Rage

Je ne suis pas fragile, plutôt fragilisée,
De moments difficiles, d’une vie tourmentée.
Je ne suis pas victime, je l’aurai bien cherché,
J’ai voulu l’expérience, pour comprendre faut en chier.
Je ne suis pas docile, je suis une énervée,
J’ai la rage très souvent, contre la société.

Je ne suis pas facile, pleine de complexité,
Je n’aime pas le futile, dure à impressionner.
Je ne suis pas débile, pas à manipuler,
Je ne suis pas docile, pas une bête à dompter,
Je ne suis pas débile, cherche pas à me duper,
Je ressens tout de suite, s’il y a sincérité.

Je ne suis pas facile, si tu cherches à m’aimer,
Il y a de fortes chances, que tu sois dépassé.
Je ne suis pas docile, pas à domestiquer,
Je préfère être libre, que d’être ta poupée.
Je ne suis pas facile, tu pourras pas m’acheter,
Mon désir dans la vie n’est pas de consommer.

Je ne suis pas docile, viens pas me caresser,
Dans le sens du poil, j’connais mes qualités.
Je ne suis pas docile, j’aime trop ma liberté,
Pour aimer une personne, qui m’empêche de voler.
Je ne suis pas facile, cherche pas à me couver,
Je dois me protéger, je peux pas m’attacher.

Je ne suis pas facile, je suis une passionnée,
Mes idées fusent en vrille, dures à canaliser.
Je ne suis pas facile, je peux même effrayer,
Par mon trop d’énergie, par ma fougue exaltée.
Je ne suis pas facile, anti-normalité,
Depuis enfant, rebelle , je cherche la vérité.

Je suis un chat habile, qui sait se relever,
Je devrais être morte, depuis bien des années.
Mais oui je suis sensible, tout peut me faire pleurer,
Mais oui je suis sensible, je sais dramatiser,
Mais oui je suis sensible, mon âme est écorchée,
Je ne suis pas tranquille, mais recherche la paix.

Je ne suis pas tranquille, je me sens concernée,
Car je ne peux pas vivre, avec les yeux fermés.
Je ne suis pas tranquille, souvent même déprimée,
De constater un vide, dans notre humanité.
Je ne suis pas tranquille, et me sens encerclée,
Dans ce jeu de la vie, bien trop aseptisé.