Aussi Nombreux , Aussi Seuls

Toi tu voudras me faire l’amour,
Et je ne le veux pas,
Toi tu voudras m’aimer un jour,
Et je ne le peux pas,
Nombreux veulent de moi,
La même chose que toi,
Comment croire en l’amour,
Si rapidement que ça?

« Aussi nombreux sont les hommes
Qui vivent dans ce monde là,
Aussi seuls nous sommes,
A ne penser qu’à soi,
Aussi nombreux sont les hommes,
Qui cherchent dans ce monde là,
Une seule et même personne,
Pour retrouver la foi. »

Toi tu voudras me prendre,
Sous ton aile et chez toi,
Moi je voudrais me pendre,
D’être ce que je n’suis pas,
Puis tu voudras m’apprendre,
Ta vérité à toi,
Ce sera peine perdue,
Je n’écoute que moi.

« Aussi nombreux sont les hommes
Qui vivent dans ce monde là,
Aussi seuls nous sommes,
A ne penser qu’à soi,
Aussi nombreux sont les hommes,
Qui cherchent dans ce monde là,
Une seule et même personne,
Pour retrouver la foi. »

Mais toi tu ne penses pas,
A l’intérieur de moi,
Ce que tu veux de moi,
C’est simplement pour toi,
Moi qui ne pense pas,
A te prendre quoi qu’ce soit,
Je suis un oiseau libre,
Toi tu me veux en proie.

« Aussi nombreux sont les hommes
Qui vivent dans ce monde là,
Aussi seuls nous sommes,
A ne penser qu’à soi,
Aussi nombreux sont les hommes,
Qui cherchent dans ce monde là,
Une seule et même personne,
Pour retrouver la foi. »

A tout mes « Sauveurs »

J’ai cru en toi longtemps… Mon sauveur
J’ai cru en toi souvent… Que d’erreurs
Je t’ai cherché partout… Bien trop d’heures
Comme si t’allais panser…Mes douleurs
Comme si tu sècherais…Tous mes pleurs
Comme si t’allais calmer…Mes humeurs
Comme si il suffirait…D’une âme sœur
Pour être enfin heureuse…C’est un leurre
Quand je compte sur l’autre…Je me meurs
Et l’autre se sentant…Supérieur
De me voir dépendante…De son cœur
Il se jouera de moi…Arnaqueur
Montre pas tes faiblesses… A un joueur
Il te fera rêver…En vendeur
Il se comportera…En menteur
Il te fera payer… Destructeur
Attention aux beaux princes … Charmeurs
Attention aux discours… Beaux parleurs
Le bonheur est en moi…Pas ailleurs
Le vrai but, la paix… Intérieure
L’indépendance la clé…Du bonheur
Je suis moi même mon propre…Sauveur

A force de vouloir être Tout, Tout Seul. On finira par être Tous, Tout seul.

 

J’ai connu un garçon,
Qui pensait être Tout,
A perdre la raison,
Il en devenait fou.
D’envies et de passions,
Peut y’en avoir beaucoup,
Mais tant de professions,
Seul le monde fait le Tout.
Des milliers de métiers,
Pour nous tous, si nombreux,
Tu es beau comme tu es,
Laid quand tu te crois Dieu.
D’où vient cette illusion,
Que seul on peut être Tout ?
Surement par frustration,
Il se montrait jaloux.
Si souvent il jugeait,
Tous les autres de cons,
Il se croyait parfait,
Dans la comparaison.
Il pensait tout savoir,
Avoir tout à m’apprendre,
Sans voir dans son miroir,
Ses personnels méandres.
D’une telle arrogance,
Et d’orgueil en poison,
Où est l’intelligence,
Sans remises en question ?
Il a passé sa vie,
A mentir à lui même,
En mentant à autrui,
Pour que tout le monde l’aime.
Il jouait, faux gentil,
A soigner son image,
Seules les femmes de sa vie,
Connurent son vrai visage,
C’est en catimini,
Qu’il put montrer sa rage.
Il ne pouvait aimer,
Car il s’aimait trop lui,
Aucune humilité,
Le rendit tout petit.
Il voulait être Tout,
Monsieur la grande gueule,
Pas de place pour le Nous,
Il a fini Tout seul.
Mais je lui dis merci,
Car de ses pires reflets,
J’ai vu mes pires ennemis,
Et jamais oh jamais,
Je ne veux être comme lui.

Le corps a raison – La raison fait du tort

Parfois je doute du bon choix,
Je suis confuse entre deux moi.
Donc je me pose, sans réfléchir,
J’écoute mon corps, pour ressentir.
Le corps nous dit des vérités,
L’esprit, un menteur entrainé.
Quand le corps parle, lui, je le crois,
L’esprit m’a menti, trop de fois.
Quand j’ai écouté ma raison,
Elle m’a trahie comme leçon.
Je n’ai confiance qu’en mon corps,
Lui ne m’a jamais fait de tort.
S’il m’en fait c’est pour m’avertir,
Et non jamais pour me nuire.
Mon corps, mes sens, mon instinct,
Mes lanternes du bon chemin.
Sans aucun doute, des valeurs sures,
J’écoute tout ce qu’elles me murmurent.
L’esprit peuplé de baratins,
Se joue de moi, tel le malin.
L’esprit, l’objet de toutes nos peurs,
La peur, l’objet de tant de maux.
Le corps, notre cœur protecteur.
Le cœur est vrai, l’esprit est faux.

 

 

 

 

Pour les Oiseaux en Cages

 

A vous tous, inhumains, hommes et femmes de ce monde,
Qui osez enfermer, les merveilleux oiseaux.
J’ai autant de chagrin, que ma rage est profonde,
Avez-vous cogité, bande d’insensibles idiots ?
Qu’on vous coupe les mains, pour cette action immonde,
Pire qu’une pomme dérobée, ça mérite le cachot !

L’oiseau, par excellence, de nature à voler,
On lui donna cette chance, pourquoi donc l’en priver ?
De la pire inconscience, nait une grande méchanceté,
Le comble de l’ignorance, amène à l’irrespect.
On dit que ça porte chance ? Un oiseau prisonnier ?
Il s’agit d’une démence, encore pour faire du blé !

A vous tous les vendeurs, sadiques, impitoyables,
A vous tous les acheteurs, pathétiques
, exécrables,
Egoïstes, sans-cœur, tragiques et méprisables !
Prenez de la hauteur, voyez vous misérables !
Ce n’est pas la douceur, qui vous rendra aimable,
C’est avec des pleurs, qu’une faute est pardonnable.

Admirez la beauté, des oiseaux si jolis,
Symbole de liberté, miroir du paradis.
C’est la loi d’la nature qu’ils puissent se faire manger,
Mais c’est contre nature qu’ils vivent emprisonnés.
Il est temps d’arrêter, de croire ce qui arrange,
Aveuglés d’intérêts, il est temps que ça change.

BOUBOU

 Pour mon cher boubou, mon amour adoré,   

Je t’écris aujourd’hui pour te rendre un hommage,

Toi le petit chien fou qui m’a accompagné,

Durant 5 ans de vie, tant d’histoires en images.

Toi le petit voyou, qui aimait se frotter,

Sur son coussin chéri, tous les jours sans blocage,

Loin d’être mou du genou, mon petit excité,

Tant de péripéties , tu n’étais pas un sage.

Te baladant solo, sur les champs Elysées,

T’avais tissé des liens, avec les commerçants,

Charmeur et rigolo, tu les as subjugués,

Chaque jour un festin, pour Bou l’indépendant.

Boubou le boutentrain, tu étais un sans gène,

Tu aimais prendre la fuite ,quand vint chienne à ton goût,

Volé par des roumains sur les quais de la seine,

Kidnappé ensuite dans le parc de Saint-Cloud,

Petit être mieux qu’humain, de ses joies et ses peines,

Sans toi ma vie ensuite valait bien moins le coup.

J’aimais tant tes câlins qui me disaient je t’aime,

Malgré certaines conduites, tu étais tellement doux.

Sans conscience de ta taille, tu savais pas te taire,

Agressé tant de fois, dans le creux de ton cou,

Petit bourgeois racaille , t’étais comme ta mère.

A vouloir faire ta loi, t’étais chez toi partout.

Tu seras mort libre, sans avoir eu de laisse,

Les gros mangent les petits, c’est comme ça dans la vie,

Bouffé par un plus grand, forme d’abus de faiblesse,

Mais l’enfer c’est la vie, le ciel le paradis.

Quelle douleur de te perdre, ma boule de tendresse,

J’en ai pleuré des jours, j’en ai pleuré des nuits,

Je garderai mémoire de ta belle allégresse,

Et surtout grâce à toi, mon boubou j’ai compris,

Que donner de l’amour c’est la plus grande richesse,

Lorsque je t’en donnais, j’en aimais cette vie.

Pas d’amour sans Amour

Où en est l’amour aujourd’hui ?
A-t-il encore du succès ?
Plus c’est notre ego qu’on nourrit,
Moins le « nous » n’aura d’intérêt,
Quand c’est une forme pour faire joli,
Le fond de l’amour disparaît.
Le couple est beau quand il construit,
Riche de complémentarité.
Pas un remède contre l’ennui,
Ni une bouée pour pas couler.
Si tout seul on n’aime pas la vie,
A deux rien ne sert d’essayer!
Quand faire l’amour donne la vie,
Pourquoi faire l’amour sans s’aimer?
Pour le plaisir d’une simple nuit?
On se consomme, vite périmé!
Par besoin ou par envie?
Pour se sentir désiré?
Cette attitude nous réduit,
A n’être jamais satisfait,
Parfois à se sentir sali,
Ou juste à avoir des regrets.
On se pigeonne, on se séduit,
Pleins d’illusions, on est dupé,
En un seul soir on s’éblouit,
On ne sait même pas qui l’on est,
Et le lendemain on s’oublie,
Car ce n’était pas mérité,
Où l’on se presse et l’on s’unit,
Par le besoin d’être rassuré.
Dans les deux cas c’est du gâchis,
Où l’on se perd, désabusé.
Plus on va vite, plus on détruit,
C’est plein de charme de patienter,
C’est tellement mieux quand on choisit,
D’être vraiment sur que l’autre nous plait.
La séduction est si jolie,
On a toute la vie pour s’aimer,
Séparant le corps de l’esprit,
On peut pas être équilibré.

Pardonnez-Moi

 Pardonnez-moi, pour toutes les fois, où j’ai du avorter la vie.

Tout ces bébés, venus en moi, des cinq hommes de ma vie.

J’étais trop jeune et les papas, m’avaient déçue, m’avaient trahie.

Souvent ils me respectaient pas, de mauvais pères pour mes petits.

 Bien trop risqué pour vous et moi, même si j’en aurai eu l’envie,

De vous garder, de mettre à bas, des innocents auraient subi,

Tellement de crises, de haut de bas, d’une inconstance qui détruit,

La peine que j’ai vécue en moi, d’avoir des parents ennemis.

 Violence ambiante, si souvent, j’ai tant souffert, j’ai tant pleuré,

De remarquer que mes modèles s’aimaient sans trop se respecter.

Puis mes amours d’hommes défaillants, qui aimaient à me rabaisser,

Un climat peu sécurisant, pour donner vie à un bébé.

 Bien trop sensible, j’ai absorbé, tout ce mal qui m’aura tant nui,

Et il m’aura influencé, dans mes rapports avec autrui.

Comment pouvoir donc enfanter ? Sans faire exprès, on reproduit.

J’aurai si peur de faire payer, à mon enfant, mon mal de vie.

 Comment pouvoir faire un bébé, quand on est encore une enfant ?

Comment pouvoir le risquer, dans un climat si peu confiant ?

Un être qui n’a rien demandé, faut lui offrir du bienveillant,

Sens de responsabilité, le monde souffre déjà tant.

 Oh mes bébés pardonnez-moi, c’était pas l’heure de vous aimer,

J’ai encore du chemin de croix, pour aimer l’humain, pardonner.

Je réfléchirai à deux fois, avant de me laisser piéger,

Par des faux amours qui sont là, pour me faire grandir, évoluer.

 Oh mes bébés pardonnez-moi, j’ai tant envie de vous aimer,

Et je ne vous décevrai pas, quand enfin l’heure aura sonné.

J’aurai pour vous comme Papa, un homme bon, solide et vrai,

Un homme qui me respectera, quand je serai son même reflet.

 

 

 
 

Solution Naturelle pour L’avortement

Ce message adresse une solution pour toutes les femmes du monde qui n’ont toujours pas, hélas, le droit à l’avortement.
Aussi aux femmes, qui malgré leurs précautions sont tombées enceintes et n’ont pas d’autre choix que de recourir à l’avortement.
J’ai été dans ce cas plusieurs fois hélas, j’ai subi les conséquences des méthodes traditionnelles, ce qui m’a ensuite poussé à chercher une solution alternative.
 
Je récapitule,
Il n’existe à ce jour que deux méthodes publiques pour avorter :
 
1 – La pilule abortive , qui en plus de vous détruire tout votre corps à base de chimie et d’hormones, vous donnera d’atroces douleurs pendant plusieurs jours.
Si vous avez recours à cette méthode, sachez que vous prenez le risque d’avoir un jour des réactions gênantes et irrémédiables avec le soleil : production démesurée de Mélanine.
Même si nous sommes remboursées, je tiens à préciser que cette méthode rapporte 150 euros en moyenne par pilule aux laboratoires pharmaceutiques.
 
2 – L’opération d’aspiration, qui n’a rien de naturelle non plus et qui nécessite en plus une anesthésie générale, aussi risquée que néfaste pour le corps.
Cette méthode est aussi dangereuse car nous sommes obligés d’attendre un délai de plusieurs semaines d’aménorrhée avant de passer à l’acte.
Pendant ces semaines, le mental souffre, les nausées s’installent, et le corps à qui on laisse du temps pour se préparer à la venue d’un enfant, va en prendre un gros coup, quand un mois plus tard , on le coupera dans son élan pour aspirer le foetus.
Même si nous sommes remboursées, je tiens à préciser que cette méthode rapporte en moyenne 1500 euros par opération à l’hôpital.
 
3 – Après l’avoir découverte puis expérimentée, je peux aujourd’hui vous transmettre la 3ème solution et la seule qu’il faudrait retenir.
Cette solution, elle, n’est pas remboursée par la sécurité sociale, à peu près comme toutes les choses bénéfiques pour notre santé. Cela vous coûtera 50 euros maximum. Cette technique est la plus saine, elle est simple et naturelle et aussi, vous pourrez la pratiquer sans avoir à attendre un délai qui pèserait sur le corps autant que sur l’esprit.
 
Il s’agit d’aller consulter un acuponcteur spécialisé des femmes enceintes.
Cet acuponcteur vous piquera sur tous les points nécessaires à l’interruption de la grossesse.
Expérimentée par moi-même, cette méthode a 100% de chance de réussite d’après l’avis de mon acupuncteur.
Douleurs équivalentes aux règles menstruelles.
 
Comment l’ai-je découvert ?
 
J’ai tellement enduré les deux méthodes officielles d’IVG, que ce jour là, il m’a fallu chercher ailleurs pour trouver une autre solution.
Je me suis souvenue, d’un jour, en Thaïlande , où j’allais me faire masser dans une école d‘aveugles. L’hôtesse qui me faisait remplir un questionnaire pour ma sécurité, m’avait demandé si j’étais enceinte…Je lui ai dit non, et demandé pourquoi, elle m’a répondu que si j’étais enceinte et surtout de peu, le massage serait interdit car beaucoup de risque en touchant certains points, que cela me fasse perdre le bébé.
 
Qui est la personne la plus apte et sensée connaître tout les points et liens de nos corps ?       
UN ACUPUNCTEUR.
 
Evidement , vous ne trouverez rien sur cette méthode sur internet ,
Mais quand vous irez consulter un acupuncteur spécialisé, il fera de très grand yeux et sera épaté que vous ayez trouvé l’accès à cette vérité bien cachée.
 
Oui, on nous cache la Vérité, on nous cache le vrai savoir.
Car avec ces vérités et ce vrai savoir nous pourrions nous en sortir tout seul, nous serions forts et libres et l’arnaque organisée de la société ne pourrait plus opérer.
Il est grand temps que nous récupérions le savoir et l’indépendance que nous méritons.
 
Ce message n’est pas là pour encourager à faire l’amour sans protection, et encore moins sans amour.
Ce message est là pour les femmes, qui comme moi, malgré des protections, sont tombées enceintes, soit par une trop grande fertilité, des contraceptifs défectueux ou par la faute d‘un homme irrespectueux.
Mais surtout pour le très grand nombre de femmes, dans tant de pays du monde, qui n’ont toujours pas ce droit, plus que légitime pourtant, et qui grâce à cette méthode pourraient récupérer leur liberté première, de donner oui ou non, la vie à un enfant, sans avoir nul besoin du consentement du gouvernement.
 
Je souhaite que cela puisse servir aux plus grands nombres de femmes dans le besoin pour leur éviter des souffrances et nuisances supplémentaires.
Le monde a besoin de tout , sauf de femmes et d’enfants malheureux.
 
 

Hommes sweet H0me

Il y a des Hommes qui font briller … La Femme
Il y en a d’autres qui aiment éteindre … Leur Flamme
Il y a des Hommes qui admirent leur … Femelle
Il y’en a d’autres qui veulent briser… Leurs Ailes
Il y a des Hommes qui portent la Femme … En Muse
Il y’en a d’autres qui l’écrasent et … L’abusent
Il y a des Hommes qui respectent leur…Compagne
Il y en a d’autres, des misogynes … Infâmes
Il y a des Hommes qui voient la Femme … En Graal
Il y en a d’autres qui aiment lui faire … Du Mal
Il y a des Hommes qui protègent … Leur Dame
Il y’en a d’autres qui souhaitent voler … Leur Ame
Il y a des Hommes qui rassurent leur… Conjointe
Il y en a d’autres qui les mettent dans … La Crainte
Pour certains Hommes la Femme est à …Choyer
Pour d’autres elle n’est qu’un défi un …Dossier
Il y a des Hommes qui comprennent … La Femme
Il y en a d’autres qui la jugent et … La Blâment
Pour certains Hommes la Femme est une … Etoile
Pour d’autres elle n’est bonne qu’à se mettre … A Poil
Certains Hommes par leur confiance les… Elèvent
D’autres jaloux par leurs doutes cassent tous … Leurs Rêves
Il y a des hommes honnêtes et bons … De coeur
Il y en a d’autres de dangereux … Menteurs
Pour certains Hommes la Femme est un … Bijou
Pour d’autres une chose faible à mettre à … Genoux
Il y a des Hommes qui méritent … La Femme
Bien trop hélas qu’il faut que l’on… Condamne
Les hommes mauvais sont des faibles des … Frustrés
S’ils étaient forts pas besoin de … Castrer
Il y a des Hommes qui méritent … Ce Nom
Mais bien trop d’autres qu’on appellera … Gros Cons
Il y a des Hommes sincères et vertueux
Mais bien trop d’autres qui se prennent pour … Des Dieux
Le premier humain s’appelait … Lucy
Que Lucifer apprenne d’où vient… La Vie

Animal Cérébral

Faire chanter ton oiseau, dévoiler mon secret,

Faire danser ton pinceau, biberonner mon lait.

Emoustiller ton chou, butiner de mon miel,

Limer ton bambou, juter ma prunelle.

Cajoler ma mignonne, éplucher ton haricot,

Croquer dans ma pomme, faire monter mon gâteau.

Polir ton diamant, faire siffler ton pipeau,

Croustiller mon fondant, rosir ton agneau.

Naviguer ton bateau, la barre au garde à vous,

Faire pleurer ton roseau, chérir ton bel atout.

Régaler ta sucette, sauter ta spaghetti,

Faire gonfler ma chouquette, craquer ton radis.

Saboter ton poney, taquiner ta noisette,

Goûter mon praliné, dorloter ma coquette.

Réchauffer l’esquimau, parsemer mon jardin,

Enflammer l’chalumeau, cracher ton doux venin.

 

 

Touche à tout

Nous sommes tout deux, des touches à tout, 

A jamais besoin de bouche-trou, 

Avec nos créativités, on n’est pas prêts de s’ennuyer.

Je ne veux pas de douche froide, 

J’aime quand mon coeur bat la chamade,

Je vais donc allez me coucher, juste un instant, pour me toucher. 

Et c’est reparti pour un tour, oh comme tu m’obsèdes mon amour. 

Nous sommes tout deux des touches à tout,

De jolis oiseaux un peu fous, amoureux de la liberté,

On n’est pas là pour s’étouffer, dans la vie nous on aime le beau,

Rien entre nous ne sera faux, même si on aime bien jouer,

Jamais on pourra se duper, comme des enfants, on aime l’humour,

Tout ce qu’on est, c’est de l’amour.  

Nous sommes tout deux, des touches à tout,

On sait être fort, on sait être doux, amoureux de la poésie,

Adeptes de grande fantaisie, provocateurs, agitateurs,

Autant charmeurs que farceurs, autant sauvages, que très humains,

On fait le tout avec un rien.

En plus du reste, on est glamour,

Ca donne envie de faire l’amour.

Nous sommes tout deux, des touches à tout,

Un plein d’idées, de bons bisous,

Nos deux êtres sont comme endiablés,

Par l’énergie d’un feu braisé, pourvu qu’à jamais ne se fanent,

Toute la force de ces belles flammes.

Il nous faudra, contre toutes peurs, à jamais écouter nos cœurs.

Allez, je retourne me toucher, je suis à toi, ensorcelée.

 

Attention Passion

 

 Il y a entre ce « nous », rencontre originale,
Début d’histoire de film ou plutôt un roman,
Que j’imagine long, tant il n’est pas banal,
Et que j’aime à vivre, tant il est stimulant. 
Je me sens inspirée, par notre amour spécial, 
Je me sens attachée, comme mère à son enfant,
Avec pour différence, notre côté bestial,
Oh comme j’aime ce nous, oh comme il est gourmand !

 Il y a entre nous deux, quelque chose de charnel,
Le mélange de nos goûts, parfum de nos odeurs,
Se marient parfaitement, s’en est presque irréel,
Le temps n’existe plus, cela nous laisse rêveur. 
Oh comme j’aime ce nous, il est caractériel,
Il m’attendrit aussi et fait battre mon cœur,
Au rencontre de hasard je remercie le Ciel,
Notre union destinée qui appelle au bonheur.

Il y a entre ce « nous » de parfaites proportions, 
Autant dans nos deux corps, qu’au fond de nos esprits, 
On se donne des ailes par de l’inspiration, 
Et le miroir de l’un fait avancer autrui,
Je nous sens comme portés, vers une belle mission, 
Répandre de l’amour dans les rues de la vie,
Oh comme j’aime ce nous, Oh fruit de la passion,
Un mot nous résume bien, il s’appel : Alchimie.

Il y a entre nous deux, quelque chose de magique
Ce mélange de douceur, ce désir de caresses, 
Mais aussi tout autant, une attraction physique, 
Qui fait de toi mon tigre me transformant tigresse. 
Nous sommes tout deux comme, une explosion chimique,
Qui assemble la force avec de la tendresse, 
Oh comme j’aime ce nous, tant il est atypique,
Je te prénomme mon Dieu, je serai ta Déesse.

 

Pervers Narcissique

 Je suis tombée dans les filets,
D’un grand pervers narcissique.
L’homme que j’ai tellement aimé,
N’est autre qu’une chose maléfique.
Pendant un an il aura joué,
Au prince charmant idyllique.
Tout ce que je croyais bonté,
N’était qu’atrocement stratégique.

Il alterne toujours chaud et froid,
En société se montre glorieux.
Il m’aura isolée en proie,
Maitrise parfaite du double jeu.
De la plus grande mauvaise foi,
Aussi frustré que dangereux.
Se croit au dessus de toutes lois,
Se pense l’élu venant des cieux.

Il joue la carte humanité,
Pourtant dénué d’empathie.
Pour personne il n’a de respect,
Que d’arrogance et de mépris.
Dans l’unique but d’être adulé,
Il joue une parfaite comédie.
Utilise l’autre pour mieux briller,
Vampirise l’énergie d’autrui.

Il fantasme sur le grand succès,
Que mérite son unique splendeur.
Il fera tout pour vous duper,
Jouant au gourou séducteur.
C’est un tyran en société,
En vie privée un destructeur.
Ne l’écoutez pas vous flatter,
Il est faux et noir est son cœur,

Ne se remet pas en question,
Vous serez toujours l’accusé.
Il ne demande jamais pardon,
Il se sent fort quand vous pleurez.
Il n’a aucune vraie émotion,
Il est heureux quand vous souffrez.
Il est le pire des poisons,
Pour comprendre, faut l’avoir aimé.

Un misogyne mégalomane,
Il use du charme et de sourires.
Aux yeux des autres, confiant et calme,
Il contrôle tout, vous fera rire.
Le plus fort des mythomanes.
Ce sous-homme est un diable à fuir.
Faites attention à vous les femmes,
J’ai presque failli en mourir.