L’homme est la seule erreur des Dieux

Dieu-Nature crée de l’air,

De l’eau, de la lumière,

Aussi la sève, la terre,

Pour les arbres et les fruits.

L’homme produit des enfants,

Qui font naître l’enfer,

Pour l’pouvoir et l’argent,

Détruisent le paradis.

Dieu-Nature bénévole

Donne sans rien demander,

Les humains, eux, la volent,

Pour la vendre, la polluer !

Où donc se trouvent les Dieux ?

Entre homme et nature ?  

Un peu d’humilité,

Marionnettes miniatures !

Les Dieux sont généreux,

Offrent tout gracieusement,

Les hommes, si prétentieux,

Meurent sans leurs éléments !

 

 

Inutile de haïr, les cruels dirigeants, 

Envoyons de l’amour, pour qu’ils arrêtent l’infâme !

Car c’est l’amour qui manque, aux suppôts de Satan,

Car c’est l’amour qui manque, aux hommes sans états d’âmes, 

Notre haine les renforce, à se sentir puissant,

Et le plus triste drame, détruit notre présent. 

Intelligence des Sens – L’intelligence est SENS

L’intelligence artificielle, c’est la prochaine destination,

L’intelligence artificielle, elle est non-sens et perdition,

L’intelligence artificielle, c’est le but de leurs décisions,

L’intelligence artificielle, nouvelle normale d’adaptation,

L’intelligence artificielle, faite de règles de distanciations,

L’intelligence artificielle, c’est notre cœur mis en prison,

L’intelligence artificielle, c’est un humain sans émotion,

L’intelligence artificielle, c’est leur projet, leur vocation,

L’intelligence artificielle, c’est la plus grande aliénation,

L’intelligence artificielle, rien que le mot donne des frissons,

L’intelligence artificielle, l’artificiel c’est du bidon !

L’intelligence sensorielle, ils veulent la tuer pour pour leur mission,

L’intelligence sensorielle, elle est amour et sensations,
L’intelligence sensorielle, elle est nature elle est union,

L’intelligence sensorielle, elle est sacrée, un précieux don,

L’intelligence sensorielle, elle donne les plus belles créations,

L’intelligence sensorielle, elle est le vrai, elle est le bon.

L’intelligence sensorielle, elle est beauté et perfection.

L’intelligence sensorielle, c’est toujours elle qui a raison.

L’intelligence sensorielle, elle est l’ennemi des démons,

L’intelligence artificielle, c’est Lucifer la destruction,

L’intelligence artificielle, elle est la mort, elle est poison.
L’intelligence artificielle , elle contrôle la population.

L’intelligence artificielle, c’est le changement, la mutation,

L’intelligence artificielle, l’humanité en extinction,

L’intelligence artificielle, pour tuer nos sens faut être un con !

L’intelligence artificielle, passera par la vaccination.

L’intelligence sensorielle, c’est nos sens en ébullition.

L’intelligence sensorielle, c’est la seule qui mérite ce nom,

L’intelligence sensorielle, mérite toute notre attention,

L’intelligence sensorielle, elle est l’unique bénédiction,

L’intelligence sensorielle, mérite une grande protection.

L’intelligence sensorielle, elle est la vie, ma religion.

Mascarade Démasquée

A vous tous, dirigeants, soit disant dépassés,

Quelques questionnements, que je dois étaler.

Vous semblez si soucieux, de notre bonne santé,

Qu’il est plus que curieux, ces masques imposés,

Qui empêchent de sourire, plus grave, de respirer.

Mais vous me faites rire, à si bien les porter,

Ils vous vont comme un gant, vous êtes si beaux, cachés,

Et on ne vous entend, presque plus, c’est parfait !

Vous qui êtes éclairés, êtres humains des lumières,

Ayez peur du revers, de vos actes meurtriers !

 

A vous tous, parents, soit disant concernés,

Par le bien d’vos enfants, innocents protégés,

Si dans toutes leurs écoles, on ne leur apprend pas,

Qu’respirer et sourire, sont deux nécessitées,

Absolument vitales, pour vivre en bonne santé,

Je ne comprends donc pas, comment y envoyez,

Le fruit de vos entrailles, vos mômes adorés,

Etes-vous bien conscients, ou tous hypnotisés ?

Accepter leur réforme est pire que l’imposer.

 

Combien de temps faut-il, pour mourir étouffer ?

Dessous un oreiller, quelques minutes à peine ?

Alors imaginez, quels seront les problèmes,

De toutes celles et ceux, qui auront concédé,  

Aux chambres à gaz modernes, sournoises, dissimulées,

Des masques muselières, 12 heures par journée.

Il est sûr qu’à court terme, le monde va s’asphyxier,

Se pensant plus sécures, sous leurs masques de saletés,

Les moutons de panurges vont droit se suicider.

Même si virus il y a, car ils l’ont fabriqué,

Ni la peur ni les masques ne sont là pour aider.

 

 

 

Tout le Bien chez l’Humain

J’ai envie aujourd’hui, de penser constructif,

Au sujet de l’humain, de toutes ses qualités,

En posant à l’écrit, seulement le positif,

Peut-être que demain, en sera bonifié.

Si avec mon esprit, qui se veut créatif,

J’utilise mes mains, pour décrire la beauté,

Peut-être que par magie, l’ensemble du négatif,

S’envolera du chemin d’une triste réalité.

  

Merci aux inventeurs, de tous les instruments,

Qui font naitre la musique, en divine beauté,

Amenant à l’union et aux rassemblements,

Du reggae au classique, des peuples du monde entier,

Partageant l’émotion, depuis la nuit des temps,

Rien de plus magnifique, d’en chanter d’en danser.

Vibrante de frissons, touchante de sentiments,

Rien n’est plus bénéfique, qu’elle puisse exister.

 

Merci aux créateurs, pour l’art du cinéma,

Aux réalisateurs qui m’inspirent tant de fois,

Grâce auxquels j’aurai pu m’évader des soucis,

Tant de films merveilleux, conçus par des génies.

J’en aurai voyagé, tout en restant chez moi,

Pleurer ou rigoler, apprendre sur l’autre ou soi.

Merci actrices, acteurs, sincères et investis,

Qui jouent avec leurs cœurs, les histoires de nos vies.

 

Merci tous les grands hommes, philosophes, écrivains,

Peintres et musiciens, poètes et chanteurs, 

Chacun avec sa forme, son amour et ses mains,

Partagent pour le bien, les visions de leurs cœurs.

Simples ou bien hors-normes, ils inspirent le divin,

De la sève coulant dans leurs corps créateurs,

Comme sous l’effet d’opium, ils frôlent le devin,

De leur imaginaire, à l’œil observateur.

 

Merci aux acrobates, grands sportifs ou danseurs,

Qui m’impressionnent tant pars leurs prouesses physiques,

Confiantes et adroites, le fruit des travailleurs,

Prouvent qu’avec le temps, et beaucoup de pratique,

Nous autres, simples primates, cherchant à être meilleurs,

D’esprits intelligents, frôlant le fantastique,

Sans être des automates, on peut vaincre la peur,

Sans être des magiciens, on peut être magiques.

 

Merci aux médecins, pour l’anesthésie,

Sans laquelle la torture aurait pu perdurer,

A tous ses beaux humains, qui souvent sauvent des vies,

Car ils font leur travail de manière passionnée.

Infirmières et psychiatres, qui ont de l’empathie,

D’une sincère écoute, pour comprendre et aider,

En donnant de leur cœur plus que des produits,

A tant de gens perdus, qui manquent d’être aimé.

 

Merci aux inventeurs d’avoir créé l’avion,

Grâce à qui j’aurai pu, voir la diversité,

Sans lequel la virée était une longue mission,

Et mon petit esprit, enfermé, étriqué,

Aurait difficilement élargit sa vision,

A voir toutes les richesses de beaucoup des contrées,

Dans lesquelles j’ai tiré tellement d’inspirations,

Réaliser ma chance et relativiser.

 

Merci aux créateurs pour ses précieux vêtements,

Qui peuvent nous réchauffer, aussi nous sublimer,

A la base très utiles, œuvres d’art dans le temps,

Ils permettent d’exprimer une personnalité.

Merci aux petites mains, qui passent tout leur temps,

A travailler durement dans l’ombre de l’atelier,

Elles méritent des honneurs, et des applaudissements,

Même si ce n’sont pas elles qui obtiennent les idées.

 

Merci aux cuisiniers, chefs hommes et femmes,

Pour ces mets délicieux, dans leurs formes et leur fonds,

C’est vital de manger pour nos corps et nos âmes,

C’est un art la cuisine, précieuse restauration .

Merci pour le feu, le four et les flammes,

Sans lesquels, impossible, de produire une cuisson,

Merci déesses et dieux, messieurs et mesdames,

De nourrir le monde, de bienfaisantes façons.

 

Merci à tous les juges, aussi aux avocats,

Qui défendent l’honneur pour la vérité,

Se foutant du profit, là pour de justes combats,

Pour ça prendrait le risque d’en perdre leurs intérêts.

Car la Nature, elle, nous donne que du beau,

Elle ne sait fabriquer que justice et pureté,

Quand les œuvres de l’humain produisent le chaos,

Parler d’utilité devient piètre vanité.

 

Merci aux professeurs qui permettent aux enfants,

D’acquérir par eux-mêmes leur unique vision,

D’apprendre avec le cœur, en les intéressant,

Sans jamais les pousser vers la compétition,

Pour devenir qui ils sont, pas des soldats d’armée,

Enseignant l’ouverture, la liberté d’esprit,

Sans jamais imposer, mais toujours inspirer,

Leur inculquant aussi que nous sommes tous unis.

  

Merci aux artisans, qui protègent notre terre,

En refusant fièrement, le moindre produit chimique,

Même si cela pourrait les rendre plus prospères,

Le plus : l’ennemi du bien, en valeur d’éthique.

Merci aux bénévoles, acteurs humanitaires,

Pour leur grand altruisme, aux combats homériques.

Merci à tous les hommes qui refusent la guerre,

Car ils œuvrent pour la paix de manière héroïques.

 

Merci aux protecteurs d’enfants et d’animaux,

Qui pour les préserver, se battent courageusement,

Merci à ces sauveurs, merci à leurs cerveaux,

D’avoir du respect pour chaque être vivant.

Merci à tous ceux qui, font quelque chose de beau,

Motivés par passion mais jamais par l’argent,

Qui appliquent la justice, soutiennent des idéaux,

Ils sont tous des modèles, réellement inspirants.

 

J’honore chaque progrès qui sert à l’être l’humain,

Sans jamais l’affaiblir ou détruire l’univers,

Merci à tous les cœurs, qui ne servent que le bien,

Sans vouloir être des dieux, humbles face à la terre-mère.

Le plus grand des mérites, revient aux êtres humains,

Qui défendent Dame-Nature, notre mère nourricière,

Qui nous donne de l’eau, et de quoi faire le pain,

Et a qui nous devons notre vie sur la terre.

 

Merci à tous ceux qui savent tendre une main,
Sans attendre pour autant un quelconque retours,

Aux pauvres dans la rue, à ceux qui ont besoin,
J’aime tant ressentir la connexion d’amour.
Merci aux inconnus qui partagent des sourires,

Rayonnants de chaleur, d’humanité en vue,

Cela réchauffe mon cœur, m’anime l’envie de vivre,

Et j’en garde l’espoir que tout n’est pas perdu.

 

 

L’Amour – La Vie

 

Dense profond trou noir,

Vive infinie lumière,

Tous deux les éléments,

De forces bien contraires,

 S’attirent comme des aimants,

Du ciel jusqu’à la terre,

D’attraction , répulsion,

Fusion d’air et matière,

 Mélange d’âme et d’esprit,   

De coeur et de chair.

Ensemble on est la vie,

L’un sans l’autre,  l’enfer.

 

Dame Nature pour Futur

Tu es la seule peinture, qui peut m’émerveiller,
De toutes tes créatures, des oiseaux liberté,
Parfaite Dame Nature, tu nous as tout donné,
De l’eau et nourriture, on te doit grand respect.
Des tes arbres majestueux, de tes fruits suspendus,
Aux paysages somptueux, de cette vie absolue.
De tes montagnes sacrées, de l’eau qui donne vie,
Tes rivières enchantées, c’est toi le paradis.
La beauté de tes fleurs, l’odeur qui en ressort,
Magie de tes couleurs, spectacle de ton décor,
L’équilibre parfait, de ta faune et ta flore
La richesse cachée, de ton acier et d’or.
De tes ciels étoilés, la lumière du soleil,
De ta lune éclairée, mystère de tes merveilles.
Et en plus de tout ça, tu nous donnes de l’espace,
On n’en profite même pas, comme moutons on s’entasse.
La ville est un mensonge, pour faire la société,
La nature loin d’un songe, la simple vérité.
De ta terre et des cieux, tu nous as donné nid,
Tu nous rends si joyeux, de ta pure énergie,
Tu es le seul vrai Dieu, perfection infinie.
Sans rien nous demander, tu nous as accueillis,
Nous pour te remercier, on pollue, on spolie ?
Pour le plus d’intérêts ? Pour le plus de profits ?
Mon dieu que l’homme est laid, son ego te détruit.
Pas un des monuments, que l’humain a crée,
Ne sera aussi grand, que ta grande beauté.
L’homme a besoin de toi, toi nul besoin de lui,
Si on te respecte pas, on mérite pas la Vie.
Il serait juste temps, d’apprendre l’humilité,
Et de vivre tranquillement, justes, beaux à tes cotés.