Parler sans Ecouter


On aime tous prétendre, avoir tout compris,
Sur nous même, sur les autres, mais surtout sur la vie,
On a l’air insolant, si on s’observe d’en haut,
On est si arrogant, et ça sonne si faux,
Et tous ces jolis mots, qu’on revendique fort,
Ne s’appliquent que trop peu, en parfait désaccord.

« Et on parle et on parle, sans jamais écouter,
Et on parle et on parle, on fait que s’répéter,
Et on parle et on parle, sans bien trop se soucier,
Que celui qui écoute, soit entrain d’écouter. »

On aime tous se croire, être des bons conseilleurs
On rêve tous de transmettre, c’est notre ultime bonheur,
Faire enfin exister, notre être par nos idées,
En imposant à l’autre, en faisant des bébés,
Ca nous donne du pouvoir, ça nourrit notre Ego,
On a que ça pour croire, qu’on est grand qu’on est beau.

« Et on parle et on parle, sans jamais écouter,
Et on parle et on parle, on fait que s’répéter,
Et on parle et on parle, sans bien trop se soucier,
Que celui qui écoute, soit entrain d’écouter. »

On aime tous parler, sans si peu écouter,
Ce que l’on dit toujours, a bien trop d’intérêt,
Et on répète sans cesse, la même comédie,
On fait tous notre show, les grands et les petits,
Un tel besoin d’amour, ne peut être comblé,
Que par une vie d’Ego, qui nous a contrôlé.

« Et on parle et on parle, sans jamais écouter,
Et on parle et on parle, on fait que s’répéter,
Et on parle et on parle, sans bien trop se soucier,
Que celui qui écoute, soit entrain d’écouter. »

eVa

Aussi Nombreux , Aussi Seuls

https://www.youtube.com/watch?v=S2sUYQfm0Hs

Toi tu voudras me faire l’amour,
Et je ne le veux pas,
Toi tu voudras m’aimer un jour,
Et je ne le peux pas,
Car tous veulent de moi,
La même chose que toi,
Comment croire en l’amour,
Si rapidement que ca?

« Aussi nombreux sont les hommes
Qui vivent dans ce monde là,
Aussi seuls nous sommes,
A ne penser qu’a soi,
Aussi nombreux sont les hommes,
Qui cherchent dans ce monde là,
Une seule et même personne,
Pour retrouver la foi. »

Toi tu voudras me prendre,
Sous ton aile et chez toi,
Moi je voudrais me pendre,
D’être ce que je n’suis pas,
Puis tu voudras m’apprendre,
Ta vérité à toi,
Ca sera peine perdue,
Je n’écoute que moi.

« Aussi nombreux sont les hommes
Qui vivent dans ce monde là,
Aussi seuls nous sommes,
A ne penser qu’a soi,
Aussi nombreux sont les hommes,
Qui cherchent dans ce monde là,
Une seule et même personne,
Pour retrouver la foi. »

Mais toi tu ne penses pas,
A l’intérieur de moi,
Ce que tu veux de moi,
C’est simplement pour toi,
Moi qui ne pense pas,
A te prendre quoi qu’se soit,
Je suis un oiseau libre,
Toi tu me veux en proie.

« Aussi nombreux sont les hommes
Qui vivent dans ce monde là,
Aussi seuls nous sommes,
A ne penser qu’a soi,
Aussi nombreux sont les hommes,
Qui cherchent dans ce monde là,
Une seule et même personne,
Pour retrouver la foi. »

eVa

Arrête avec l’esprit

Dès que j’te vois , j’ai envie d’toi,
Ta bouche ton cul , y a qu’ca qui compte,
J’te veux toute nue , faut que j’te dompte?

A tout moment, t’aura pas l’choix,
Dès qu’j’ai envie, tu le saura,
A tout moment ,t’aura pas l’choix,
Dès qu’j’ai envie, déshabilles-toi !

 » Arrête avec l’esprit, il peut tuer l’envie,
Et l’envie y a qu’ça d’vrai , c’est c’qui nous tient en vie,
Arrête avec l’esprit, il peut tuer l’envie,
Et l’envie y a qu’ca d’vrai, c’est c’qui nous tient en vie. »

Je veux te voir, nue devant moi ,
Je veux te voir, nue te toucher,
Et juste mater, tout ton toi,
Sans que t’ai rien, à me cacher.

Que tu me dises , à quoi tu penses,
Sans trop me faire , de tes romances,
Que tu me parles, et que tu danses,
Que tu sois libre , et insouciante.

 » Arrête avec l’esprit, il peut tuer l’envie,
Et l’envie y a qu’ca d’vrai , c’est c’qui nous tient en vie,
Arrête avec l’esprit, il peut tuer l’envie,
Et l’envie y a qu’ca d’vrai, c’est c’qui nous tient en vie. »

Dans mon rgard t’aura, pas d’amour,
Je te le promet, mon amour,
Même si je n’en , pense pas moins,
et Ca chérie, tu le sais bien ,

Il y aura, juste de l’envie ,
Un grand désir, à l’infini,
Et je serai, ton animal ,
Pour à deux Cons, Battre le mal.

 » Arrête avec l’esprit, il peut tuer l’envie,
Et l’envie y a qu’ça d’vrai , c’est c’qui nous tient en vie,
Arrête avec l’esprit, il peut tuer l’envie,
Et l’envie y a qu’ça d’vrai, c’est c’qui nous tient en vie. »

Arrête avec tes mots, tu en dit beaucoup trop,
Viens la penches-toi, cambres-toi,
Donnes-moi ton corps tout chaud,
J’veux ta bouche à manger , pas ta bouche écouter,
Laisse ton corps parler , et donne moi des baisers.

eVa

La Vie est Belle

Je voudrai aimer la vie, je voudrai aimer les gens,
Je n’ai pas trop d‘amis, on se déçoit souvent,
Je voudrai pouvoir croire, que l’on puisse changer,
Pour ne plus s’décevoir, il faudra s‘accepter.

Ohhhh ohhh ohhhh mais que la vie est belle
Ohhhhh ohhhhh ohhhhh seulement avec des ailes

Je voudrai m’aimer aussi, pour pouvoir aimer les gens,
Et avoir des amis, plus régulièrement.
Je voudrai tant y croire, oublier le passé,
Pour retrouver l’espoir, faut apprendre à aimer.

Ohhhh ohhh ohhhh mais que la vie est belle
Ohhhhh ohhhhh ohhhhh seulement avec des ailes.

Je voudrai aimer la vie, je devrai aimer le temps,
Arrêter la toupie, vivre le moment présent,
Je vais aimer la vie, en acceptant le temps,
D’grandir petit a petit, d’être là au bon moment.

Ohhhh ohhh ohhhh mais que la vie est belle,
Ohhhhh ohhhhh ohhhhh seulement avec des ailes,

Ohhhh ohhh ohhhh mais que la vie est belle,
Ohhhhh ohhhhh ohhhhh seulement avec des ailes.

Aujourd’hui je vais croire, arrêter de me plaindre,
Car vouloir c ‘est pourvoir, c’est pas l’heure de s’éteindre,
Aujourd’hui je vais croire, en moi et en la vie,
J’accepte mon miroir , et je regarde autrui.

Ohhhh ohhh ohhhh mais que la vie est belle,
Ohhhhh ohhhhh ohhhhh seulement avec des ailes,

Ohhhh ohhh ohhhh mais que la vie est belle,
Ohhhhh ohhhhh ohhhhh seulement avec des ailes.

eVa

Femmes au Pouvoir !

Quand es-ce que les femmes prennent pouvoir ?
Elles qui ont souvent, plus de cœur,
Que tout ses hommes, bêtes de foires,
Qui ne cherchent qu’à, être les vainqueurs,
Prêt à tuer, pour faire valoir,
Qu’ils sont des hommes, qu’ils n’ont pas peur,
A la recherche, de la gloire,
Ils écrasent l’autre, d’un air moqueur.

« Femmes …venez nous dessiner votre monde ,
Femmes …venez taire ses hommes qui grondent,
Femmes … Venez prendre les reines de ce monde ,
Femmes… Dans nos ventres s’est la vie qui se fonde. »

Quand es-ce que les femmes font leur monde ?
Les hommes l’ont fait, ça marche pas,
Qu’elles s’unissent, et puis qu’elles grondent,
Chacun son tours, maint’nant les gars !
Votre monde est triste, voir même immonde,
On en peut plus, de toutes vos lois,
Allons les femmes, formons une ronde,
Avec nos cœurs, changeons tout ça.

« Femmes …venez nous dessiner votre monde ,
Femmes …venez taire ses hommes qui grondent,
Femmes … Venez prendre les reines de ce monde ,
Femmes… Dans nos ventres s’est la vie qui se fonde. »

Quand es-ce que les femmes changent les choses ?
Pour nous faire un, monde plus beau,
Avec douceur, pour la bonne cause,
Battons nous, pour nos idéaux,
Sans concurrence, juste en symbiose,
Luttons ensemble, contre le chaos,
Avec l’amour, il faut qu’on ose,
Tenir les rênes, prendre le flambeau.

« Femmes …venez nous dessiner votre monde ,
Femmes …venez taire ses hommes qui grondent,
Femmes … Venez prendre les reines de ce monde ,
Femmes… Dans nos ventres s’est la vie qui se fonde. »

Quand es-ce que les femmes créent la paix ?
On a toutes les, atouts pour ça,
Si on pense pas, à la monnaie,
Si on veut pas, être comme le Roi,
Si on s’en fou, des intérêts,
Si juste pour la, paix on se bat,
Si on ne pense, pas au succès,
Ni a l’égo, du moi moi moi !

eVa

Robot Cassé

Mon corps s’ennuie,
Ma tête ne s’arrête pas,
Tous ces mots à la con,
Et leur répétition,
Beaucoup trop dans l’esprit,
Et si peu dans l’action.

« J’suis un robot cassé,
Un animal dénaturé,
En toc, j’suis en toc,
A tout moment, je peux flancher.
Mais faut pas avoir peur,
C’est la peur, le danger.
Pauvre petite conne,
Arrête donc de flipper. »

Faut-pas croire tout ce qu’on dit,
Dans le passé, aujourd’hui.
Oublie tout ce qu’on raconte,
Sans avoir trop de honte.
Le mystère de l’homme , le mystère de la vie,
Personne ne le sait, ou personne ne le dit.

« J’suis un robot cassé,
Un animal dénaturé,
En toc, j’suis en toc,
A tout moment, je peux flancher.
Mais faut pas avoir peur,
C’est la peur, le danger.
Pauvre petite conne,
Arrête donc de flipper. »

On n’est rien
On n’est tout,
On sait rien, mais on dit tout.
Alors soyons tous, un peu plus fous.
Mais juste pour le bien,
Foutons-nous de nous.

Même si j’ suis un robot cassé,
Un animal dénaturé,
Qu’En toc, je ne suis qu’en toc.
Qu’a tout moment je peux casser.
Si jamais je n’ai peur,
Jamais je n’aurai de danger,
J’arrête de faire la conne,
J’arrête donc de trop penser.

eVa

Aides-toi , le ciel t’aidera

Si tu penses que t’es déjà arrivé,
C’est que tu devais pas aller bien loin.
Si tu penses que c’est la facilité,
Qui va t’aider à trouver ton chemin,
Simplement comme ça, parce que c’est toi,
Tu te trompes bien , un rêve enfantin.

Si tu penses avoir déjà tout appris,
Sur toi-même, et sur toute la vie,
Si tu penses encore que tout est acquis,
Fais attention, très attention mon ami.
Tu vas le regretter, Faut-pas se surestimer,
C’est une bataille tout au long de la vie.

« Aide-toi, le ciel t’aidera,
N’attend pas que cela te tombe dans les bras.
Si tu ne crois en rien et surtout pas en toi,
Comment peux-tu imaginer
Que la vie te le rendra ? »

Si tu crois être allé au bout,
Si tu penses être dans le flou,
Continue toujours de creuser,
Ne laisse surtout jamais tomber.
On a tous du chemin à faire,
Pour trouver notre chemin sur terre,
Et rejoindre notre destinée.

« Aide-toi, le ciel t’aidera,
N’attend pas que cela te tombe dans les bras.
Si tu ne crois en rien et surtout pas en toi,
Comment peux-tu imaginer
Que la vie te le rendra ? »

Qui donne, reçoit.
Alors fais ton choix.
Ecoute l’autre plus que toi,
Tes histoires toi, tu les connais déjà,
Elles ne t’apprennent rien.
La clé est en chacun.

eVa

https://www.youtube.com/watch?v=5cH7hkR15aE

Bla Bla Bla

1546410_10153778695115595_204381496_n

Des milliers d’années ont passées,
Je lis l’histoire elle m’a lassée,
Que des batailles et que des guerres,
Pour du pouvoir pour de la terre,
Les religions n’ont pas aidé,
Elles sont là pour nous séparer .

Et blablabla et blablabla et blablabla ça sert à quoi ?
Et blablabla et blablabla et blablabla ça n’avance pas .

Combien de temps ça va durer ?
Combien de mois, combien d’années ?
Combien de morts encore encore,
De politiques en désaccord ?
C’est plus que triste, çà devient bête !
Et ceux qui tuent vont faire la fête .

Et blablabla et blablabla et blablabla ça sert à quoi ?
Et blablabla et blablabla et blablabla ça n’avance pas .

Arrêtons vite d’écouter
Tout ses médias toutes ces télés,
Vous n’avez pas encore compris
Qu’on manipule nos esprit ?
Arrêtons vite de cautionner,
Tous ces complots organisés,
Tous ces conflits sont d’intérêts,
Pas une guerre ne veut la paix .

Et blablabla et blablabla et blablabla ça sert à quoi ?
Et blablabla et blablabla et blablabla ça n’avance pas .

Alors c’est ça, on a pas l’choix ?
Pour vivre en paix, faut accepter?
Qu’on nous enlève tous nos droits,
En nous obligeant à payer,
Qu’on nous rajoute lois sur lois
Prétextant notre sécurité,
Il y a de quoi perdre la foi,
Quand on contaste qu’on est piégé.

eVa

Tout ça pour ça

argent

Quand la vérité, vient à exploser,
On voit la démence, de la société,
Quand depuis l’enfance, force de constater,
Toutes ces connaissances, jeux de société,
Formes des dépendances, pour nous contrôler,
Mauvaises croyances, contre la liberté.

Nous sommes les mariols, dans la basse-cour,
D’un tas de guignols, qui nous jouent des tours,
Au Monopoli, que le meilleur gagne,
Par contre dans la vie, qui pert va au bagne.
Nous aurons besoin de force et d‘humour,
Contre ses fausses idoles, ses méchants vautours.

« Tout çà pour du papier, tout çà pour du pouvoir,
Tout çà pour contrôler, c’est tellement dérisoire,
Tout çà pour du papier, tout çà pour du pouvoir,
Triste manière de penser, que l’on ne doit plus boire. »

Si tu es méchant, si tu es sans cœur,
Tu auras l’argent, tu gouteras au beurre,
Si t’es dominant, si tu es menteur,
Tu monteras dans l’rang, pour rejoindre le leur,
Si tu es honnête, bon, plein de valeurs,
T’auras l‘essentiel pour le vrai bonheur.

La terre est à nous, elle nous appartient,
Ils décident pour tout, du mal ou du bien,
Ils décident pour nous, sans qu’on ne dise rien,
Le monde tourne fou, donnons nous la main,
Ensemble on est tout, contre ces bons à rien,
Alors garde-à-vous, on reprend notre bien.

« Tout çà pour du papier, tout çà pour du pouvoir,
Tout çà pour contrôler, c ‘est tellement dérisoire,
Tout çà pour du papier, tout çà pour du pouvoir,
Triste manière de penser, que l’on ne peut plus boire. »

Si j’avais la force, qu’est-ce-que je ferai?
Pour changer le monde, que règne la paix,
Je ligoterai, ce petit pour cent,
Dictateurs et autres, sortes de dirigeants,
Direction un île, loin de nos enfants,
Ou sinon l’asile, s’ils sont pas contents.

eVa

Enervée

1185378_10153173498455595_2051584629_n

Je ne suis pas fragile, plutôt fragilisée,
De moments difficiles, d’une vie tourmentée.
Je ne suis pas victime, je l’aurais bien cherché,
J’ai voulu l’expérience, pour comprendre faut en chier.
Je ne suis pas docile, je suis une énervée,
J’ai la rage très souvent, contre la société.

Je ne suis pas facile, pleine de complexité,
Je n’aime pas le futile, dur à impressionner.
Je ne suis pas débile, pas à manipuler,
Je ne suis pas docile, pas une bête à dompter,
Je ne suis pas débile, cherche pas à me duper,
Je ressens tout de suite, s’il y a sincérité.

Je ne suis pas facile, si tu cherches à m’aimer,
Il y a de fortes chances, que tu sois dépasser.
Je ne suis pas docile, pas à domestiquer,
Je préfère être libre, que d’être ta poupée.
Je ne suis pas facile, tu n’pourras pas m’acheter,
Mon désir dans la vie n’est pas de consommer.

Je ne suis pas docile, viens pas me caresser,
Dans le sens du poil, j’connais mes qualités.
Je ne suis pas docile, j’aime trop ma liberté,
J’ai besoin de personne, pour pouvoir m’envoler.
Je ne suis pas facile, cherche pas à me couver,
J’ai besoin de personne, j’ai pas peur de crever.

Je ne suis pas facile, je suis une exaltée,
Mes idées fusent en vrille, dures à canaliser.
Je ne suis pas facile, je peux même effrayer,
Par mon trop d’énergie, par ma fougue passionnée.
Je ne suis pas facile, anti-normalité,
Depuis toujours rebelle , je cherche la vérité.

Je suis un chat habile, qui sait se relever,
Je devrais être morte, depuis bien des années.
Mais oui je suis sensible, tout peut me faire pleurer,
Mais oui je suis sensible,j’aime dramatiser,
Et oui je suis sensible, mon âme est écorchée,
Je ne suis pas tranquille, mais recherche la paix.

Je ne suis pas tranquille, je me sens concernée,
Car je ne peux pas vivre, avec les yeux fermés.
Je ne suis pas tranquille, souvent même déprimée,
De constater un vide, dans notre humanité.
Je ne suis pas tranquille, et me sens encerclée,
Dans ce jeu de la vie, bien trop aseptisé.

eVa