Si on devait mourir demain


Combien de temps encore,
A devoir murmurer,
Que tu me plais si fort,
A vivre dans le secret.
Combien encore de jours,
Et de nuits loin de toi,
A cacher notre amour,
A se mentir, pourquoi ?

Comme une adolescente,
Amoureuse, envoutée,
Serai-je donc inconsciente,
De toujours te rêver ?
Tu es toi avec moi,
Ne joues pas à cache cache!
Je suis moi avec toi,
Il faut pas qu’on se gâche.

« Si on devait mourir demain, oserais-tu me prendre la main ?
Défierais-tu les normes, dans le fond loin des formes ?
Baisserais-tu les armes pour laisser nos âmes,
Etres en parfait accord, sans le moindre remords ? »

Amour, phénomène,
Toi qui nous rend vivant,
Remède qui nous mène,
A défier le temps.
La vie compte à rebours,
Osons la sans regret,
Allons vivre notre amour,
Au grand jour, pour de vrai.

N’ai pas peur de souffrir,
La peur s’est le danger,
Arrête de nous fuir,
Accepte de m’aimer.
Bien sûr que s’est risqué,
Mais tellement passionnant,
Notre amour destiné,
Est tellement inspirant.

« Si on devait mourir demain, oserais-tu me prendre la main ?
Défierais-tu les normes, dans le fond loin des formes ?
Baisserais-tu les armes pour laisser nos âmes,
Etres en parfait accord, sans le moindre remords ? »

La balle est dans ton camp,
Rapportes-la-moi en cœur,
T’es mon médicament,
Ma piqure de bonheur.
Alors qu’es-ce qu’on en fait ?
Attirées comme des aimants,
Baisses la garde s’il te plait,
On s’aiment s‘est poignant.

« Si on devait mourir demain, oserais-tu me prendre la main ?
Défierais-tu les normes, dans le fond loin des formes ?
Baisserais-tu les armes pour laisser nos âmes,
Etres en parfait accord, sans le moindre remords ? »

eVa

Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *